2014

Katia Kameli

Vidéaste et photographe, elle travaille sur « l’entre deux » et pour elle, la colonisation du plancton autour du plastique entre dans cette thématique.


Des cultures hybrides

Katia Kameli : artiste en résidence sur tara

Franco-algérienne, vit à Paris. C’est une artiste pluridisciplinaire. Son travail protéiforme, exprime l’entre-deux, l’intermédiaire où le signe d’appartenance est rejeté au profit de la multiplicité. Vidéaste et photographe, elle travaille sur « l’entre deux » et pour elle, la colonisation du plancton autour du plastique entre dans cette thématique.

Katia Kameli

Elle embarquera sur Tara pour la traversée Alger-Marseille. Son positionnement est celui de l’hybridité, le « tiers-espace » qui rend possible l’émergence d’autres visions, de positions, de formes. Ce tiers-espace dérange les histoires qui le constituent, il les place en état critique, il permet donc une réécriture, des allers-retours entre « l’Histoire » et les « narrations ». Les formes hétérogènes qu’elle manipule, vidéo, photographie, installation, dessin, participent aussi à ce déplacement.

Son travail a trouvé une visibilité et une reconnaissance sur la scène artistique et cinématographique nationale et internationale comme entre autres : Le Centre Georges Pompidou (2008), la Cinémathèque Française (2007), le Centre d’art contemporain de Tel Aviv (2008), la Galerie Anne de Villepoix (2008), Paris, Rotunda Gallery, New York (2008), Biennale de Seville (2008), Manifesta 8 (2010), Cornerhouse, Manchester (2011), Les rencontres de Bamako (2011), la Biennale de Marrakech (2012), la Biennale de Dakar (2012), le Musée d’Art Contemporain de Marseille (2013), Taymour Grahne Gallery NY (2014).

Découvrez quelques-unes de ses réalisations inspirées par la vie à bord de tara :

Œuvre Katia Kameli : Balane
Balane – © Katia Kameli
Œuvre de Katia Kameli : Janthina
Janthina – © Katia Kameli

Partager cet article