Tara 500 jours de dérive arctique

En septembre 2006, tara la goélette battant pavillon français, se laisse donc emprisonner par la banquise, au nord de la Sibérie. À bord, huit hommes et deux chiens qui embarquent pour un étrange voyage, la traversée de l’Océan glacial arctique, au gré de la dérive des glaces.

Tara pris au piège dans la glace
© Fondation Tara Ocean

Un siècle après l’exploit, en 1893, du Fram de Nansen, l’explorateur norvégien, c’est une nouvelle odyssée immobile et risquée, sans voile ni moteur. La banquise, en dérivant, doit entraîner le bateau vers le pôle nord avant de le libérer, 2 600 kilomètres plus loin, dans la mer de Barentz, entre le Groenland et le Spitzberg.

L’expédition va durer plus de 500 jours. Confronté à la puissance des éléments, au jour permanent puis à la nuit polaire, l’équipage devra survivre dans des conditions extrêmes. Et remplir coûte que coûte sa mission : étudier les effets du changement climatique. Car le navire offre une plate-forme unique pour les plus grands laboratoires de recherche, réunis dans le programme scientifique européen Damocles.

Depuis le retour et l’analyse des données, un constat s’impose :il faut immédiatement cesser de brûler notre planète.

ALBUM HORS-SÉRIE – 192 pages – 35 euros

Texte de Michèle Aulagnon / Photos de Francis Latreille

Préface d’Etienne Bourgois

Édition : Gallimard en partenariat avec Géo


Auteur

Journaliste et chef de service au magazine Geo. En avril 2007, elle rejoint le bateau sur la banquise lors du premier changement d’équipage et de la campagne scientifique. Les conditions endurées tout au long de l’expédition par les équipiers, l’importance du travail scientifique accompli à bord de Tara, l’histoire mouvementée de ce bateau qui résiste aux assauts des glaces… tous ces éléments vont la passionner et l’amener à rédiger ce livre.

Michèle Aulagnon

Francis Latreille : artiste en résidence sur tara

Photographe et peintre En 1967, il prend l’initiative qui va bouleverser sa vie : il quitte les rives de la Loire et il part pour Israël afin de « couvrir » la guerre des Six-Jours. A travers ses nombreux ouvrages il propose un autre regard sur le monde polaire et les grandes expéditions qui ont ponctuées les 20 dernières années.

Francis Latreille

Camp de base scientifique de tara en arctique
© Fondation Tara Ocean

Ça pourrait vous plaire

Partager cet article